JNE du Mans (22/24 septembre 2010)

Interventions des « institutionnels » :

En ces temps d’incertitude, il est très instructif d’écouter attentivement et de décoder ce que disent un Président d’université, un Recteur, un maire, Monsieur Charvet, le directeur de l’ONISEP, avec l’assurance d’être ensuite rafraîchis par le lyrisme et les propos de notre Capitaine courageux et lucide, comme l’appelle Jacques Vauloup, le commissaire des JNE du Mans : j’ai nommé Dominique Hocquard, notre nouveau président de l’ACOP-F que vous retrouverez dans la séance inaugurale et la séance de clôture. Quant à André Roussel, il est le chargé de mission auprès de notre nouveau DIO, Jean-Robert Pitte [voir la lettre de mission de ce dernier] dont nous attendons les propositions. Nous avons donc ouvert tout grand les oreilles pour écouter et vous faire partager les propos d’André Roussel.

-

-

-

Le « grand témoin », Alexandre Lhotellier :

Grand témoin, grand moment des JNE : s’il nous reste un seul souvenir de ce congrès du Mans, ce sera celui-là. Alexandre Lhotellier est à lui seul l’histoire de notre profession, donc il lui ouvre un avenir.

Conférence inaugurale du professeur Jean Guichard : Qu’est-ce que s’orienter aujourd’hui ?

Au-delà de ce titre qui peut paraître un peu « bateau », Jean Guichard, comme toujours au long de ses ouvrages, cours ou conférences, pose les fondements de ce qui doit être au cœur de nos pratiques professionnelles : la psychologie du conseil, le « tenir conseil », si malmené dans le champ de la psychologie en France.

En préambule, il souligne que les conditions faites aux COP aujourd’hui, « ça ne va pas », mais qu’il les abordera sous un angle différent de D. Hocquard.

Les Forums :

Forum1 (mercredi 22 a.m.):Décrypter les crises et les incertitudes

2 intervenants à ce forum, un 3ème qui était prévu n’ayant pu venir.

1)   Pierre Dardot, philosophe, spécialiste de Marx et Engels, professeur de philosophie en CPGE au lycée Jules Ferry à Paris fait une analyse politique de ce qui se passe à l’Education Nationale :

En partant de trois faits, apparemment non reliés (la réduction des postes dans l’Education Nationale, l’installation du contrat d’objectifs expérimental à l’école primaire, et l’annonce dans Le Monde du 8 août 2010 de l’entretien individualisé pour l’évaluation des fonctionnaires), il s’est attaché à nous démontrer les stratégies nouvelles de « gouvernance » mises en place sur les individus et leurs applications précises dans notre fonction de conseillers…

2)  Catherine Henri, normalienne, professeure de lettres dans un lycée parisien, est aussi la fille de Pierre Henri qui a marqué profondément les services d’orientation de la Sarthe durant sa longue carrière de directeur du CIO du Mans). Elle s’attache, à partir d’exemples vécus dans sa carrière de professeur, à montrer comment certains de ses élèves ont pu échapper à leur destin sociologique : Fatum et Kairos

 

Forum2 (jeudi 23 matin): Regards européens sur le conseil

4 regards croisés : celui venu de ce pays où les noms sont impossibles à prononcer, mais où l’on n’hésite pas à mettre les moyens pour résoudre les crises, l’Islande, cet autre venu d’Espagne où le professionnalisme requis pour le conseil en orientation ne semble guère reconnu, ce 3ème venu de chez notre voisin inventeur du « couteau suisse » appliqué à l’orientation, et le 4ème enfin, français, celui de Jean Guichard qui analyse, à l’aide de Hegel, les conséquences de la privatisation progressive de la fonction de conseil, dans notre pays. Le forum est animé par Suzanne Bultheel…

Forum3 (vendredi 24 matin): A-t-on raison d’avoir peur pour l’avenir des jeunes ?

2 intervenantes à ce forum, encadrant un intervenant masculin.

1) Florence Giust-Desprairies, professeure en psychosociologie à Paris7, s’insurge contre la manière ethnocentrique et hiérarchisante dont l’école « égalitaire » traite les différences culturelles. Intervention-plaidoyer pour la reconnaissance de la richesse de la diversité culturelle, meilleur antidote possible contre la violence scolaire qui est le symptôme de la destruction du lien social. Titre de sa communication: Traitement de la diversité et crise du lien social dans l’Ecole 

2) Pierre Cam, Maître de conférence en sociologie à l’université de Nantes, directeur de l'observatoire de la vie étudiante, a éclipsé les 2 conférencières en enflammant l’assistance avec une petite phrase qui, tel un tsunami, a tout balayé sur son passage, y compris son propos très intéressant qui portait essentiellement sur des questions de méthode en sociologie et s’intitulait : S‘orienter dans un contexte incertain, la difficulté d’être jeune au 21ème siècle.

3)  Erika Flahault, Maitresse de conférence en sociologie à l’université du Maine se demande quelles sont les stratégies possibles des femmes pour échapper aux inégalités de carrière et de salaire entre les hommes et les femmes, mais elle n’a pas résolu la question : quelle stratégie peuvent utiliser 2 conférencières pour ne pas se faire éclipser par un conférencier... Titre de sa communication: Qui a peur du travail des femmes ? Du système scolaire au monde du travail, quelle insertion professionnelle pour les filles ?  

Forum4 (vendredi 24 a.m.):  Idées-forces sur le conseil au XXI ème siècle

3 intervenants à ce forum. Tandis que nous nous sommes beaucoup promenés, au cours de ces Journées, en compagnie du Grec Kairos, les 2 premiers intervenants de ce forum nous invitent à rencontrer ses âmes-sœurs persanes, les princes de Sérendip qui savent tirer parti des opportunités. Il faut « orientaliser l’orientation » nous dit le premier, Christian Heslon, maître de conférence en psychologie à l’IPSA (Institut de psychologie et de sociologie appliquées), Université Catholique de l’Ouest, spécialiste des âges de la vie, car dans un monde incertain, la notion de projet, liée à la notion de progrès et de performance est dépassée. Mieux vaut être attentif à l’immédiateté et savoir tirer parti de l’incertitude. Le second, François Flahault, philosophe, anthropologue, spécialiste du langage, directeur de recherche au CNRS, enseignant à l’EHESS, pense aussi que l’orientation conçue comme une socialisation se fait par attention au monde environnant, aux modèles que l’on peut y trouver, aux métiers tels qu’ils sont vécus. Comme Florence Giust Desprairies, il pense que c’est la vie sociale à l’Ecole qui ne « marche pas » et qu’en l’améliorant, on améliorerait l’orientation.

Les titres de leurs communications sont,

pour Christian Heslon : Tirer parti des opportunités : du projet d'orientation à l'opportunité d'évolution

Et pour François Flahault : S’orienter en tirant parti de l’imprévu 

Le 3ème intervenant est Francis Danvers, Professeur de psychologie de l'éducation, directeur du SCUIOIP de l'université de Lille 3 qui nous propose : S’orienter dans la vie, une valeur suprême ? 

Francis Danvers nous présente son dernier ouvrage : un Dictionnaire des sciences humaines qui porte le titre de son intervention d’aujourd’hui. A partir de 500 entrées, il se propose de mettre au jour les concepts-clés de l’orientation…

Un atelier:

 Celui animé par Alain LEU :

 

Le site de l'ACOP France

Fil de navigation

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com