Le vendredi 19 MAI 2017 avait lieu au lycée Jean Monnet de Montpellier une journée inter académique d’échanges d’étude et d’enrichissement (JI3E) organisée par l’ACOP-Languedoc Roussillon avec le soutien de l’ACOP-France.
La journée a commencé dans le plaisir ! Celui des retrouvailles entre collègues, venus parfois de très loin. Cet accueil chaleureux et joyeux était agrémenté de café, thé, jus de fruits et viennoiseries multiples.
La présidente nationale, Sylvie Amici, s’était déplacée pour l’occasion. Sophie Tribout, récemment élue présidente de l’ACOP-LR a introduit la journée avant de céder la parole à Sylvie Amici qui a adressé l’allocution d’ouverture aux nombreux collègues de l’académie de Montpellier, mais également aux collègues venus des académies d’Aix-Marseille, de Grenoble, de Toulouse et de Bordeaux pour participer à cette journée.
Pierre Bringuier était cette année le conférencier de la journée. COP retraité, il a une riche expérience de formateur, il a beaucoup écrit sur la profession de COP, il a notamment publié de nombreux articles dans Questions d’orientation et publié deux ouvrages aux éditions de l’Harmattan : Des jeunes qui se cherchent  et Scolarités fragiles.
Sa conférence intitulée « Peut-on être à la fois psychologue dans l'établissement et psychologue de l'établissement ?» arrive à point nommé pour étayer la réflexion sur les évolutions des missions, des pratiques et de l’identité professionnelle des COP intégrant le nouveau corps des Psychologues de l’Education nationale. A ce propos, nous vous invitons à lire attentivement ses 7 postulats relatifs au « Psychologue de l’établissement et la pratique des Cercles vertueux » .

 


Créatif, pragmatique, esprit libre et grand humaniste, Pierre Bringuier encourage le psychologue à être bienveillant et prendre soin de lui-même afin d’être en mesure d’être bienveillant et de bien prendre soin des autres. Le psychologue est un des rares acteurs de l’école qui « ait à cœur de créer et d’évaluer des dispositifs » notamment dans de cadre de cercles vertueux qui réunissent divers membres de l’équipe éducative.
Les questions-réponses et de nombreux commentaires enthousiastes de l’auditoire ont clôt la conférence.
L’après-midi, deux ateliers ont permis de prolonger la réflexion initiée le matin axés sur les thèmes suivants :
Atelier : Évolution de notre identité professionnelle : Approche pratique
Atelier : Psychologue de l’établissement ou dans l’établissement ? autour notamment d’un questionnement sur les actions que les collègues aimeraient réaliser en tant que psychologues de l’éducation nationale.
Las, il a fallu nous quitter. Nous avions tant encore à échanger …A très bientôt donc !
L’ACOP LR.

Clôture sous forme de mots clés faisant la synthèse des deux ateliers de l’après-midi

L’être humain est un animal social, qui partage le bonheur commun s’il éprouve du bien-être. C’est contagieux.
Le psychologue a droit au bien être ! Ainsi qu’à la bienveillance pour lui-même et ses collègues.
Faire bouger les lignes, réveiller, stimuler les ressources pour construire une réassurance, une résilience, bref une identité professionnelle solide.
S’autoriser à [Je t’en fais la demande]. La faculté d’inadaptation peut être un atout. Causer à l’interlocuteur. Développer un accompagnement mutuel !
Avoir le temps de prendre le temps !
Ne pas lâcher.
« Je soupçonne tout le monde de comploter pour me rendre heureux ». Pierre, tu nous le demande ; on va en parler, voire même le faire !?
L’identité du psychologue se construit, se réapproprie. La posture du psychologue devient « Est-ce que je m’autorise ? »
La transition n’est pas simple : Il faudra parfois savoir passer outre, il en va de notre santé psychique. Empathie et bienveillance musclée sont primordiales.
Usons et abusons de la psychologie intégrative : les différentes grilles d’analyse des multiples champs de la psychologie nourrissent nos réflexions et pratiques. Cela permet aussi de lutter contre les représentations, stéréotypes et confusions de tous horizons.
Il est indispensablement vital pour que notre association vive, grandisse, murisse, s’épanouisse, d’en ouvrir les portes et favoriser l’implication des jeunes collègues quels que soient leurs statuts.
On ne peut le contester : C’est tout un art, je dirais même c’est un métier !
Nous avons là un grand travail en perspective dans les académies pour être force de proposition. Il nous faut encourager et accompagner la multiplication de l’ACOP-F en ACOP académiques au même titre que la nôtre.

Sincères amitiés Acopfiennes.
Sophie

Le site de l'ACOP France

Fil de navigation

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com